Depuis plusieurs mois, les tunisiens ne sont plus surpris de voir les prix des produits de grandes consommations augmenter à vue d’œil : produits alimentaires, carburant, services, …

Toutefois, une augmentation choque…

cimetiere de monastire

Les entrepreneurs s’occupant de la construction des tombes à Tunis ont récemment demandé à la municipalité l’autorisation d’élever leurs tarifs.

Ces derniers justifient cette hausse par l’augmentation des matières premières. La construction d’un monument funéraire devrait donc augmenter de 3 à 8 dinars environ selon le type de caveau et l’âge de la personne à qui il est dédié.

La population conteste rudement cette augmentation qui risque de nourrir des rancœurs. En effet, selon un récent sondage, 87% des tunisiens considèrent que la situation économique est boiteuse. L’écart entre les riches et les plus démunis se creusent, la population est inégale devant la crise et devient de plus en plus inquiète.

L’augmentation du prix de la construction des monuments funéraires dans la capitale creuserait encore un peu plus ces écarts. Les tunisiens ne tolèrent plus cette inégalité devant la mort qui pourrait amener à des excès.

En Grèce, la crise a donné lieu à des débordements dans ce secteur, en effet, les familles ne recouvrent plus les sépultures d’une pierre tombale par manque d’argent et il arrive parfois qu’elles ne réclament même pas le corps à l’hôpital.