Pierre Aubert, 57 ans, artiste plasticien lorrain, prône la réalisation par soi-même de son monument funéraire ou le faire réaliser par un artiste proche de la famille. Cette démarche est selon lui nécessaire au travail de deuil.

Pierre Aubert propose des sépultures personnalisées dans divers matériaux au lieu de recourir systématiquement au granit comme le font les pompes funèbres. Avec Pierre Aubert, tout est fait en fonction de la personnalité du défunt, de ce que souhaite la famille et des circonstances dans lesquelles la personne est décédée.

cimetiere montparnasseMettre la main à la pâte est la meilleure façon de commencer son deuil

Pierre Aubert a l’exemple d’une famille qui a décoré une pierre tombale avec des petits cailloux. Pour lui, il est bon d’être mis à contribution pour réaliser quelque chose en mémoire du défunt. Ceci favoriserait la réalisation dans de bonnes conditions du travail de deuil.

Pour que les gens s’y mettent, il faudrait selon Pierre Aubert que les magasins de bricolage aient un rayon funéraire. Les tombes faites maison sont plus agréables à regarder que les tombes proposées par les pompes funèbres en granit poli.

Pierre Aubert critique les tarifs du lobby funéraire

Pour Pierre Aubert, les pompes funèbres pratiquent une « marchandisation de la douleur ». Il est facile de faire des économies sur sa facture obsèques. C’est 1000 euros en moins si vous ne prenez pas les options « porteurs de cercueil » et « construction d’un monument funéraire ».

Pierre Aubert défend l’idée que l’on peut diminuer la douleur de quelqu’un en mettant de belles choses au cimetière sur la tombe du défunt. Alors que les pompes funèbres préfèrent garder leurs parts de marché, les idées de Pierre Aubert pourraient leur faire un manque à gagner certain.

Pierre Aubert compte faire connaître son nouveau métier de sépulteur qui est la contraction de sépulture et de sculpteur. Il a déjà fait pas moins de 18 monuments et une dizaine d’urnes personnalisées.