Le gouvernement Israélien qui se retrouve confronté à un déficit budgétaire pharaonique à combler vient d’annoncer un nouvel impôt local : une taxe sur les tombes.

En quoi consisterait cet impôt ?

cimetiere israel

Le Trésor Public demanderait aux successeurs de payer un impôt mensuel sur les pierres tombales des défunts. Celui-ci s’apparenterait alors à une taxe d’habitation dont le montant varierait en fonction de la ville. Seuls les cimetières militaires en seraient exonérés.

Cette proposition est en réalité présentée sous la forme d’une taxe municipale touchant les entrepreneurs de pompes funèbres. Ces derniers s’insurgent en déclarant que l’Etat veut biaiser la population. Par ce subterfuge l’Etat rassure les habitants en ne les taxant pas directement, cependant les agences soulignent que les familles en seront malgré tout impactées.

Il est peu probable que cet impôt soit mis en place rapidement du fait de la complexité de son calcul : qui devrait payer ? Les héritiers de la famille maternelle ou paternelle ? Une fois les membres les plus proches disparus, les petits enfants seront-ils redevables à leur tour ?

La question reste pour le moment en suspens toutefois on constate que le marché de la mort est toujours aussi lucratif autant dans le domaine des entreprises privées que pour l’Etat.