À Butembo, une ville de la République Démocratique du Congo les cimetières deviennent peu à peu des lotissements.
En effet, cette ville est de plus en plus peuplée à cause du flux des personnes fuyant la guerre.
Cependant cet afflux de population ne convient pas à tout le monde et surtout pas aux morts et à leur famille.

Au Congo, les traditions funéraires tiennent une place importante et le passage de la vie à la mort doit être scrupuleusement respecté.
Mais les nouveaux habitants de Butembo ne s’en soucient guère et construisent des maisons par dessus les cimetières existant au mépris de la loi. Ce sont pourtant des lieux sacrés qu’il est, selon la tradition interdit de profaner ou d’y habiter.
Cela ne convient pas du tout aux familles qui n’apprécient pas de voir la dépouille de leur proche enfouie sous des tonnes de béton.

Les monuments funéraires sont alors déplacés dans les campagnes alentours, ce qui coûte relativement cher aux familles, ou bien acquérir une concession dans un cimetière privé.

Et c’est ici qu’interviennent de nouveaux businessmen congolais. Ils investissent dans des terrains qu’ils transforment en cimetières. Cela permet aux familles d’inhumer leurs défunts dans des sépultures proches d’eux et ainsi de pouvoir venir leur rendre hommage régulièrement.

Bien que ces concessions reviennent très chères, cela ne décourage pas les familles qui savent ses lieux intouchables grâce à des titres fonciers.