Vous avez certainement eu l’occasion de vous trouver dans un cimetière. Mais avez-vous remarqué les caveaux monumentaux qui font figure d’œuvres d’art ? Le mobilier funéraire ancien est magnifique, souvent décoré avec des sculptures ou des mosaïques.

Aucune loi ne prenait en compte la conservation et la préservation de ce patrimoine funéraire. Ainsi c’était au particulier d’entretenir les tombes. Ceci a fait qu’une partie importante de ce patrimoine a été abandonné, voire détruit.

art funeraire

L’art funéraire se standardise

Les tombes se ressemblent de plus en plus. Elles sont également plus sobres. Le temps des caveaux monumentaux est révolu. Une simple dalle et une stèle suffisent de nos jours. Les caveaux sont chers et difficiles à entretenir alors les familles limitent les frais. Il est plus difficile de parler d’art funéraire si toutes les tombes sont pareilles.

Toutefois, des associations se mobilisent pour préserver les sépultures dans des cimetières parfois classés monuments historiques. Des réunions s’organisent autour du thème du patrimoine funéraire.

Il faut toujours plus de place

Nos villes ont toujours besoin de place et en laissent de moins en moins pour les cimetières. Les concessions perpétuelles sont moins nombreuses. Par conséquent, les monuments funéraires sont plus simples. Il n’y a pas d’informations hiérarchisées à ce sujet. Cela empêche la prise de conscience. La mort et tout ce qui s’y rattache sont un sujet tabou en France. Ainsi le patrimoine funéraire n’est pas considéré à son juste titre.

Une tombe est une œuvre d’art à part entière

Quelques personnes s’inquiètent désormais de la conservation des monuments funéraires remarquables. Les cimetières et tout ce qui s’y trouve font partie de notre patrimoine. Les tombes sont parfois des œuvres d’art à elles seules. Ce patrimoine doit être préservé.

L’art funéraire a besoin de plus de considération. Un cimetière est avant tout un lieu de recueillement. Est-il difficile de l’associer au mot « art » ?